Actualités

Débat autour de Guillaume Benoit du CGAAER

Mardi 30 janvier

8h30 – 10h15 (Accueil dès 8h20)

Auditorium André Borie

3, rue de Berri

75008 Paris

Le Conseil Général de l’Alimentation, l’Agriculture et les Espaces Ruraux (CGAAER) a remis en juin dernier au Ministre de l’Agriculture et de l’Alimentation un rapport intitulé « Eau, agriculture et changement climatique : statu quo ou anticipation ? ». Le rapport, établi à la demande du Ministre, avait pour objectif d’aider le Ministère à se donner une vision stratégique sur le sujet de l’eau, de l’irrigation et de l’adaptation au changement climatique dans le nouveau contexte planétaire.

A partir d’un état de l’art de la problématique au niveau  international et euro-méditerranéen, et d’une analyse rétrospective et prospective des évolutions nationales, illustrée par l’étude de 6 territoires représentatifs de la diversité française, le rapport alerte sur les impacts d’un scénario de statu quo dans les 3 dimensions du développement durable. Il met ainsi en exergue la grande vulnérabilité des sols, de l’agriculture et de l’alimentation au changement climatique,  l’importance des services multiples rendus par les sols, l’eau et la bioécomie et les conséquences très négatives pour les territoires, pour le pays et pour l’environnement, local et global, qui résulteraient du défaut d’anticipation et de réponses appropriées.

Le rapport montre que des solutions d’adaptation sont en général possibles à condition cependant d’agir à la fois sur l’offre (stockage, transferts…) et sur la demande (efficience, évolution des systèmes de cultures, …) et donc de ne pas opposer les leviers. Il préconise ainsi une approche beaucoup plus intégrée des ressources et des politiques publiques qui les encadrent, tout en soulignant la nécessité d’une évolution du dialogue sociétal.

Le rapport met en débat six questions qui portent sur l’alimentation (bien marchand ou service public ?), l’évolution de la place relative de l’irrigation et des systèmes d’agriculture pluviale, le stockage de l’eau et son financement, l’environnement et les services écosystémiques. Il plaide pour une vision écologique élargie, c’est-à-dire  intégrant la nature agricole et dépassant nos seules visions nationales. Il formule enfin un certain nombre de recommandations pour une évolution des politiques publiques et du débat sociétal (aux niveaux national, régional et local), en soulignant aussi l’importance du rôle possible de la recherche (en appui à la prospective et à la gouvernance territoriale) et de la formation des jeunes générations.

Introduction et animation par Sophie Auconie, Députée de l’Indre-et-Loire et présidente du Cercle Français de l’Eau, et Pierre Victoria, délégué général du Cercle Français de l’Eau

La présentation de Guillaume Benoit : CFE Rapport Eau CGAAER 30 Janvier 2018

Les actes seront disponibles prochainement.