La succession de périodes de sécheresses incite les acteurs de l’eau à privilégier une gestion globale de la ressource et à promouvoir un usage de l’eau plus rationnel et plus intelligent. Historiquement orientées vers l’accroissement de l’offre, les politiques publiques doivent intégrer cette nouvelle donne de la gestion de l’eau qui, au-delà des contingences conjoncturelles, prend tout son sens si elle s’inscrit dans une problématique de développement durable.

Ce colloque a été conçu comme un colloque de clarification. Chacun de trois tables rondes se devait de répondre à une ou des questions précises :
La première, intitulé « Quelles ressources pour quels usages » devait apporter la réponse à la question la plus évidente : Y aura-t-il, demain, de l’eau, pour tous les usages ?
La deuxième, « Quelles bonnes pratiques pour une gestion économe ? » devait définir ce que sont les bonnes pratiques, préciser celles qui ont vocation à se généraliser et celles qui n’ont de pertinence que sur certains territoires et dans un certain contexte hydrographique.
La dernière, « Vers une nouvelle culture de l’eau ? » interrogeait sur l’ouverture d’une nouvelle période dans la longue histoire de l’eau dans notre pays qui lui conférerait un nouveau statut de bien rare et fragile avec des conséquences sur le plan de politiques publiques, des comportements, des techniques et de l’économie qui étaient à préciser.

Télécharger le programme Télécharger la synthèse