Actualités
CFE_Janvier2016_invit_v6-1

L’eau est un élément indispensable à la sécurité alimentaire et à la nutrition. L’agriculture irriguée représente 70 pour cent de l’ensemble des prélèvements d’eau dans le monde, eau de surface comme eau souterraine. Comment faire face à un accroissement des besoins alimentaires de 60 pour cent à l’horizon 2050 tout en préservant les équilibres écologiques et sociaux ?

L’agriculture, premier consommateur d’eau, est aussi souvent pointée du doigt comme le premier gaspilleur. Dans de nombreux systèmes d’irrigation, 60 pour cent de l’eau prélevée se perd avant son utilisation. Par ailleurs, l’Europe consomme 10 millions de tonnes d’engrais par an, laissant souvent la question des pollutions diffuses engendrées sans réponses appropriées. Le changement climatique bouleverse les équilibres géographiques et saisonniers, menace la production agricole et la sécurité alimentaire, exacerbe les tensions, créant des incidences dans ce rapport déjà complexe entre le monde agricole et l’eau. Gérer plus efficacement les ressources, répondre aux besoins, anticiper les conflits d’usage s’imposent désormais à tous.

Pour cela, il faut réinventer les liens entre l’eau et l’agriculture face aux enjeux climatiques et alimentaires, promouvoir une nouvelle approche des relations avec l’eau verte et l’eau bleue, appréhender les besoins pour l’agriculture de demain, et rechercher de nouvelles coopérations pour une meilleure qualité de l’eau.

Une fois les projecteurs de la COP21 éteints, le CFE a organisé un débat à travers un regard croisé entre les acteurs de l’eau et le monde agricole.

Face aux enjeux climatiques et alimentaires, réinventer les relations Eau-Agriculture

CFE_Janvier2016_invit